Le sourire du diable

Salut à tous!

Londres, 1727,  Tom Hawkins va se voir confronter à une  vie barbare auquel il n’est pas habitué, gentilhomme arrêté pour des dettes de jeu, il a un état d’esprit plus « fêtard » que meurtrier, parachuté dans ce monde sans concession ou tout s’achète, il va devoir faire preuve de manigance et de débrouillardise pour éviter de sombrer dans l’horreur de ces geôles froides et inhospitalières.

Les gens s’entassent et ceux qui n’ont pas pu payer ou acheter quelques libertés, se retrouvent rongés par la faim et la vermine. La prison se transforme en mouroir, et les descriptions sont suffisamment éloquentes pour vous refroidir…
Mais au delà de l’ambiance tendu et angoissante, l’intrigue démarre de façon assez chaotique avec les premiers pas dans la prison, on y découvre un monde organisé, une petite ville dans la ville, la prison a ses bars, ses restaurants, ses quartiers résidentiels et ses caves … Le temps de faire connaissance des lieux et des protagonistes, nous éloignent un peu de l’intrigue, mais on y revient vite car les temps forts du roman se passent sur 3 jours, et malgré le rythme assez lent de l’histoire, donné sûrement par le style de l’écriture, il se passe beaucoup de choses sur cette courte période.

Par chance, Tom est un bon bougre, et il se voit offrir la liberté en échange d’une tâche ardue, celle de découvrir le meurtrier qui sévit dans la prison, ce marché paraît un peu bizarre et peut surprendre le lecteur, mais les règles de cette prison sont assez atypiques tout comme son propriétaire qui fait la pluie et le beau temps.
C’est au moment où le lecteur s’y attend le moins que des éléments surnaturels vont mettre un peu de piment  dans une ambiance glauque et morose…

Présentation de l’éditeur

Londres, 1727 : le jeune Tom Hawkins, qui a refusé de devenir révérend comme son père, ne vit que pour le jeu, la bière, les femmes. Criblé de dettes, il est envoyé à Marshalsea, une prison des bords de la Tamise où sont réunis les débiteurs de la ville. Dans cette prison, l’argent décide du sort de chacun. Les plus riches, comme Tom, mènent une vie de château – ou presque – avec lingerie et domestiques. Ils ont même droit à une taverne ! Les autres croupissent dans l’aile insalubre et coupe-gorge de l’établissement. Dans ce monde souterrain impitoyable, Tom Hawkins affronte des personnages plus avides, fourbes et cruels les uns que les autres. Il ne peut faire confiance à personne. Surtout pas à son compagnon de cellule, l’ironique Samuel Fleet, qui incarnerait le diable ! Sa rencontre avec la séduisante Kitty Spark pourrait bien tout changer…

Le sourire du diable est disponible ici.

Bonne lecture! 😉

  • Poche: 528 pages
  • Editeur : 10 X 18 (19 mai 2016)
  • Collection : 10/18