Le dahlia noir

Salut à tous!

Elisabeth SHORT, 22 ans, est retrouvée assassinée et affreusement mutilée le 15 janvier 1947 dans un terrain vague à Los Angeles. Retrouver son assassin devient la priorité de la police de L.A et chacun, flic, procureur et maire en font une affaire personnelle. Pour cela diverses raisons sont empruntées: désir de venger cette jeune fille qui fait resurgir de vieux fantômes dans l’histoire de Lee Blanchard, l’un des enquêteurs ou encore occasion inespérée pour un autre de devenir plus rapidement procureur ou encore promotion mais aussi histoire de faire un énorme coup de pub pour redorer l’image de la police de L.A avec possibilité de lever des fonds et améliorer le salaire de tous les policiers. Ainsi, chacun trouve son compte dans cette affaire.

Cette mystérieuse histoire est avant tout une invitation à plonger dans les dessous peu reluisants des méthodes policières plutôt musclées des flics de L.A qui arrachent des aveux après un passage à tabac systématique aux « présumés coupables » avec la bénédiction de leurs supérieurs hiérarchiques. Entre rétention d’informations qui ressortiront le moment venu pour faire chanter un trafiquant ,un collègue ou le maire , le chantage qui est monnaie courante ou le renvoi d’ascenseur pour service rendu , Ellroy décrit un monde ou la violence est le mode de fonctionnement normal de la police qui se fait justice quand la loi est défaillante.

Un thriller presque historique

Une description grandiose bien que peu attirante. La violence et l’atmosphère pesant décrivent parfaitement l’esprit de l’époque des 50’s. On est partagé entre le fait de les approuver étant donné les actes monstrueux commis par des violeurs, des pédophiles et trafiquants de drogue qu’ils doivent interroger et le sentiment de se demander jusqu’où ira leur violence, si elle ne débordera pas hors du cadre de leur travail.

Finalement, c’est une formidable exploration des bas-fonds du Los Angeles des années 1940-1950 où la ville connaît une ascension fulgurante, où tous cherchent à faire fortune, où les filles naïves rêvent de devenir actrices de cinéma…Ce sont aussi les ghettos où les minorités noires et métis ainsi que les homosexuels n’ont aucune chance de sortir de leur misère et sont relégués comme des pestiférés loin du centre ville.

James ELLROY a magnifiquement dépeint cette ville, son atmosphère sulfureuse, ses trafics. Le suspens est entretenu jusqu’au bout. On vit au rythme des enquêteurs, de leurs découvertes et/ ou de leurs désillusions. Une énergie qui épuise littéralement les héros.

Présentation de l’éditeur

Le 15 janvier 1947, dans un terrain vague de Los Angeles, est découvert le corps nu et mutilé, sectionné en deux au niveau de la taille, d’une jeune fille de vingt-deux ans : Betty Short, surnommée  » Le Dahlia Noir  » par un reporter, à cause de son penchant à se vêtir totalement en noir. Le meurtre est resté l’une des énigmes les plus célèbres des annales du crime en Amérique.
Le dahlia noir est disponible ici.
  • Poche: 504 pages
  • Editeur : Rivages (18 octobre 2006)
  • Collection : Rivages/Noir

Bonne lecture! 😉