Crédit: LAtimes

James Ellroy

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Los Angeles (Californie) , le 04/03/1948, hôpital du Bon Samaritain.

James Ellroy né, Lee Earle Elroy naît à Los Angeles, ville tour à tour bien-aimée et haïe, le 4 mars 1948, au sein d’un couple désuni. Six ans plus tard, sa mère divorce et le prend avec elle et celui-ci a dix ans lorsqu’elle emménage dans un quartier populaire de Los Angeles, El Monte.

James est déjà un fervent lecteur de littérature policière. À ce propos, il dira : « J’étais un lecteur vorace ».  Mais sa mère sera alors victime d’un tueur en série que l’on rapproche aujourd’hui de l’homme (ou des hommes) qui assassine Elizabeth Short, le fameux « Dahlia noir. »

Pour le petit garçon, le choc est inexprimable. Il commence alors à errer entre le collège et la rue. C’est à cette époque qu’il commet ses premiers cambriolages. Il fait la connaissance de Randy Rice en 1961. Ils sont deux petits voyous qui font les quatre cents coups, partageant leur goût pour les romans noirs.  James Ellroy s’adonne en toute quiétude à l’alcool et aux drogues. Pendant près de dix ans, il vit, dans la rue sans domicile régulier, de petits boulots, de larcins et de cambriolages. Mais sa santé se rappelle à lui sous la forme d’un abcès au poumon. Mis au pied du mur, il fait le choix de retrouver une vie normale et s’inspirera plus tard de son expérience de caddie de Golf à Los Angeles pour la trame de fond de son livre « Brown’s Requiem » qu’il dédit par la même occasion à son ami Randy.

Après plusieurs autres romans, cet adorateur des romans et des films noirs commence à écrire la série du quatuor de Los Angeles qui a pour thème le crime et la corruption. »Le Dahlia Noir », premier volume du « Quatuor de Los Angeles », lui apporte le succès dès sa parution en 1987. Roman d’une noirceur et d’une cruauté rares, « Le Dahlia noir » ressemble à une magnifique et épouvantable fleur carnivore. En reprenant l’histoire d’Elizabeth Short, il met en forme son propre cauchemar qui le poursuivait depuis l’assassinat de sa mère.

James Ellroy est à présent l’un des auteurs de roman noir américains les plus populaires, bien que peu apprécié et peu lu dans son pays. L’auteur a publié plus de quinze romans en trente ans et parle sans concession de ses années difficiles dans Destination morgue.

Par la suite, Ellroy, publie les trois autres volets de sa tétralogie sur le Los Angeles des années 40-50 : « Le Grand Nulle Part », « L.A. Confidential » et « White Jazz ». Puis, une trilogie mêlant noir et histoire politique des États-Unis (« American Tabloid », « American Death Trip », « Underworld USA »), ainsi que deux autobiographies, « Ma part d’ombre » et « La Malédiction Hilliker. » James Ellroy planche actuellement sur une seconde tétralogie de Los Angeles, réunissant nombre des personnages de ses précédentes sagas, plus jeunes, durant la seconde guerre mondiale à la cité des Anges. Elle est initiée par son dernier roman en date, « Perfidia ».

Source : Wikipédia & Nota Bene