De nombreux livres devaient être accessible par des salles arrières | Archdaily

Une bibliothèque des plus futuristes.

Fin Octobre, L’entreprise néerlandaise MRDV a livré l’un de ces projets les plus important en Chine. La bibliothèque de Tianjin, une bibliothèque publique gigantesque et futuriste dans le quartier culturel de la ville. Il aura donc fallu plus de trois à l’entreprise néerlandaise pour livrer ce projet futuriste et plutôt bien réussi.

Trois ans, c’est le nombre d’années qu’il a fallu pour réaliser cet espace de 33 700 mètres carrés consacré à « la lecture, la marche, la réunion et la discussion », comme l’explique le site de la société installée à Rotterdam.

Pour les petits et les grands

un auditorium sphérique se trouve au cœur du bâtiment. La bibliothèque comprend également des salles d’enseignement accessibles par le hall principal et au rez-de-chaussée se trouvent des aires de lecture pour enfants et personnes âgées. Un auditorium sphérique se trouve également au cœur du bâtiment. De plus, des salles de réunion et d’informatique, mais aussi des bureaux, sont disponibles. Un bâtiment tourné vers la culture mais qui ne rejette aucune catégorie social.

Faute de temps, une grande partis des salles qui devaient permettrent, à l’origine, d’acccéder aux livres les plus hauts, n’ont pas été construites.

Le sous-sol est, quant à lui, consacré aux archives, et des terrasses se situent sur les toits. Cette bibliothèque d’un genre nouveau fait partie des cinq bâtiments commandés par l’Institut d’urbanisme et de design de Tianjin. Ce dernier souhaite développer un véritable centre culturel du district de Binhai.

De nombreux visiteurs, peu habitué aux livres.

L’exposition médiatique de la bibliothèque a entraîné une hausse du nombre de lecteurs: les emprunts quotidiens de livres ont été multipliés par quatre depuis l’ouverture.

Et les salles dédiées aux enfants débordent de familles parcourant les albums illustrés.

« Le bâtiment est comme un nouveau-né qu’on nous a confié. Maintenant, c’est à nous de lui donner une âme », souligne M. Liu, le vice-directeur.

Mais le succès des applications mobiles actuel rend difficile l’augmentation du nombre d’abonnements, dans un pays où beaucoup de lecteurs lisent leurs romans sur smartphone, tablette ou liseuse. Peut-être que l’architecture, plus qu’originale du lieu, incitera les nombreux visiteurs et curieux à s’y inscrire.